Ethereum massacré par CNBC – Quand la télévision ne comprend rien aux cryptomonnaies

Un manque d’expertise flagrant – Vouloir vulgariser et parler des cryptomonnaies et de leur développement, c’est très bien. Par contre, enchaîner les imprécisions et erreurs ne rend pas vraiment service. C’est pourtant le tour de force qu'est parvenu à réaliser CNBC, en empilant les informations erronées sur Ethereum (ETH).

Confusion et approximation autour d’Ethereum

L’émission « Fast Money » de la chaîne américaine financière CNBC, suivie par plusieurs centaines de millions de téléspectateurs, excusez du peu, a récemment évoqué le rebond du cours de Bitcoin (BTC) vers les 40 000 dollars avec Brian Kelly du fonds d’investissement BKCM. Rappelons que ce dernier a eu un optimisme très réaliste concernant Bitcoin, puisqu’en septembre 2020, il avait annoncé un prix du BTC à 60 000 dollars d’ici mai 2021. Jolie prévision !

En revanche, la dernière émission avec « Fast Money » a vu la commission d'une série de coquilles au sujet du réseau Ethereum (ETH). Déjà, comme le fait remarquer le Michael Wong sur Twitter, alors que c'est le sujet Ethereum qui est abordé, c’est un graphique du cours…d’Ethereum Classic (ETC) qui est affiché !

La valorisation des 2 forks d’Ethereum (la blockchain avant le hack de TheDao) est pourtant bien différente, puisque l’ETC se négocie vers les 50 dollars , alors que l’ETH se situe au-dessus des 2 250 dollars au moment d’écrire ces lignes.

>> Misez sur Ethereum ! Inscrivez-vous sur la plateforme crypto de référence FTX <<

Pas de passage en preuve d’enjeu avec le prochain fork London

Il y a aussi à redire sur certaines informations données lors de l’émission. En effet, lorsque la prochaine mise à jour d’Ethereum est évoquée, à savoir le hard fork London, la fameuse amélioration EIP-1559 y est présentée comme celle qui apportera la preuve d’enjeu (PoS) sur le réseau.

Même si elle est probablement la plus connue des propositions d’amélioration du prochain fork, cette EIP va surtout profondément modifier le système de frais de transaction sur la blockchain.

De fait, l’EIP 3554 est certainement l'upgrade qui concerne le plus le passage à la preuve d’enjeu du réseau fondé par Vitalik Buterin, puisqu’elle donne en quelque sorte la date à laquelle cette transition devrait se faire, à savoir en décembre prochain.

L’EIP 3554 reporte en effet à cette date le déclenchement de la « bombe de difficulté », qui va forcer le passage de la preuve de travail (PoW) au PoS, en rendant l’activité de minage extrêmement dure, de façon exponentielle, jusqu’à la rendre totalement non rentable pour les mineurs.

Publications Twitter de Michael Wong commentant les erreurs faites par Brian Kelly du fonds d’investissement BKCM
Publications de Michael Wong – Source : Twitter

En résumé, la mise à jour London, qui devrait se produire ce 4 août 2021, n’est pas à proprement parler celle qui verra la transition vers la preuve d’enjeu. Il faut d’ailleurs rappeler que, techniquement, le consensus par preuve d’enjeu doit se dérouler sur la version 2.0 d’Ethereum. En fait, pour être encore plus précis, il est déjà effectif depuis le 1er décembre 2021 et il se porte très bien, puisque plus de 6 millions d’ethers y sont déjà stakés (mis en jeu).

Pendant que les acteurs de l’écosystème financier traditionnel pataugent, découvrez chaque jour un peu mieux Bitcoin, Ethereum et les cryptomonnaies ! Et commencez à accumuler et trader vos premiers BTC et ETH en vous inscrivant sur la plateforme de référence FTX en bénéficiant d'une réduction à vie sur vos frais de trading (lien affilié).

L’article Ethereum massacré par CNBC – Quand la télévision ne comprend rien aux cryptomonnaies est apparu en premier sur Journal du Coin.



source https://journalducoin.com/actualites/cnbc-ethereum-erreurs-cryptomonnaies/

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Réseau 5G : déploiement, fonctionnement, usages et smartphones compatibles

Réseau 5G : déploiement, fonctionnement, usages et smartphones compatibles en France

Réseau 5G : déploiement, fonctionnement, usages et smartphones compatibles en France